Bastard Prod – Quelques minutes d’hiver Lyrics

SHARE
[Intro] Regardez-le : aussi froid qu’un bloc de glace
Tu ressens jamais rien ? Pour personne ?

[Couplet 1 : 10vers] Puis-je rêver d’une possible gloire une fois ?
Excusez-moi si les soirs j’broie du noir
Allez savoir lequel du démon et de l’ange me fera du mal
Je porte le poids d’une larme sur mes épaules
L’usure me dévore et après ils diront de moi que je suis aussi froid qu’une lame
Qu’on puisse m’aimer d’abord, j’ai peut-être rêver à tort
Mais je vais pas m’excuser d’avoir gardé l’empreinte de mes hématomes
Je suis le bourreau mais aussi parfois la proie, d’une part
Ce n’est pas de mourir dont j’ai peur mais de vivre chaque jour au plus près de la mort
Je suis moins partial dans mes textes, je suis le lascar qu’on déteste
Ils me disent carrément glacial dans mes gestes
Trop souvent en vrac, en détresse, sans entrave on les baise tous
Quand je parle discrimination raciale en ces termes
J’ai tenté de briser le malheur d’une main, friser la folie
Triste et alcoolique à trop chercher des saveurs plus loin
J’ai parlé de guerre à l’heure d’une trêve
Crier à vomir au monde que j’aime la froideur et pisse sur votre chaleur humaine

[Couplet 2 : Sendo] Ce que t’entends ? Les eaux glacées, c’est ça l’Pôle Sud
30 ans : les os cassés et la peau dessus
Je coupe des troncs, fête Noël dans les sous-bois sombres
Au fait, c’est cool d’être rond, être honnête quand t’es sous boisson
Le pollen des mammouths m’apaise, douce colère
Des poèmes, de l’amour, de la baise d’ours polaire
Pauvrette, sans boire la vie t’paraîtrait nulle
Moi dans ce problème tout me ravi à part d’être ému
Je lève ma plume les gens : une main et crient au génie
Génie, rien n’va plus, le genre humain m’cryogénise
Le solstice d’hiver c’est l’époque de mon pull mauve
De sottises diverses et deux potes qui m’ont cru mort
Une mère d’inuit, les mains coupés parlent à nos yaks
D’une merde inouï, des mêmes couplets paranoïaques
Avant qu’ils oublient ça, avant qu’ils se rappellent
Je le crie sous le blizzard, la banquise craquelle

[Refrain x2 : Furax et Sendo] Froid, placite, d’la sic, basique
Trois pattes classique
Blaser, phraser, glacer, tasser
Pas s’écraser, gars c’est assez

[Couplet 3 : Furax] Je secoue l’arbre, il souffre, saoule la brêle en descend
Ce coup-là je fais l’effet d’une soupe sous la grêle en Décembre
Foulard sur le visage, j’viens braquer l’monde entier
Tiens ! La merde on m’a dit : fous-là ! Donc j’fais claquer mon dentier
Ma zic : du rire aux larmes, tu laisseras pas ces fous la classer
Viens faire un tour au lac, tu m’verras passer sous la glace, et
C’que leur père disent à tous tes potes ?
“Tu gères pas !” je suis l’ascension qu’les sherpas interdisent à toute époque…
J’crois pas que t’as compris, assimile mec
Et si la peur est un droit, la foi comprime à 6000 mètres
Fils sur cette piste t’a fait quelques pas, n’empêche elle était si belle
Y a ton nom sur la liste, pars en paix, j’ai les décibels
Ici le sponsor déroute et XXX, non je dérouille pas je tords
Elles vous ont dérouté mes stats, [car sans dégoût Témesta ???] Venez plus les baisser mes stores, ouais l’homme est voûté mais stable
J’aurais pu les blesser mais stop, triple X

[Couplet 4 : Abrazif] J’compte plus ces matins où j’ai pété les plombs
Les coups d’tape on fait qu’coeur et tête ont coupés les ponts
J’déborde d’amertume, j’voulais qu’mes couplets l’épongent
Pas que mes rimes deviennent aigris à force d’écouter les cons
Tu rêves de doubler les comptes ? Arrête le rap et passe au deal
Allez tu confonds tout, mon art est dark et pas sordide
Un cœur de glace et mon sourire fond constamment
Au fond j’vais pas si mal mais mes soucis font qu’on s’lamente
J’gratte la tête froide, des braises dans les entrailles
Et rassure-toi t’es pas l’seul que l’avenir baise ou que les gens taillent
J’ai perdu des couleurs alors j’repeins de gris ma vie
J’aurais jamais tout l’or à l’heure, ni les moyens de Grimaldi
J’déprime à l’dire, j’écris ces lignes que l’givre altère
Des pensées que mes rimes alternent, de cri stéril en XXX
J’décris ma peine sur des mots sombres quand les sous-fifres crient au génie
Toujours surpris des émotions que les souvenirs cryogénisent

[Refrain x2 : Furax et Sendo] Froid, placite, d’la sic, basique
Trois pattes classique
Blaser, phraser, glacer, tasser
Pas s’écraser, gars c’est assez