Since 1992

[Paroles de “Since 1992”]
[Intro]

Eh

Eh[Couplet unique]

36ème étage j’suis dans le tel-hô

J’commets des délits, est-ce que je peux demander à Dieu d’avoir des loss ?

Souvent je dérive, souvent je dérange

200 pochons vides dans la boîte à gants

J’irais voir Abdel de Moissy pour détailler la drogue

C’est rare qu’les grands d’la tess nous arrangent

J’vends la substance en intérim j’ai la cote

On est en 2012 si j’continue comme ça j’suis baisé

Couteau, extincteur dans tes yeux

Ça c’voit c’est trop un imbécile

Avec son arme il fait l’monsieur

J’écris quelques rimes

J’sais pas comment percer

J’sors du fin fond du 91, dans le bendo

Manteau chinois joggings et clarks’

Traine en équipe comme les Lakers

J’portais le caddie de mama

J’avais trop la honte

Aujourd’hui j’le fais deux mille fois sans réfléchir

Des tonnes de baraka

Ignorant comme la plupart des ptits qui trainent dans la téci

Génération Snapchat

Génération télé 7 jours

J’regarde le S club seven

Le temps passe vite ça m’choque

J’étais au collège tout à l’heure

Tok tok c’est les huissiers

Y’a pas grand-chose à saisir

Attend monsieur s’il vous plaît

Comment les ptits vont grandir

Des courriers maman sait pas lire

C’est ma sœur à 13 ans qui signe nos cahiers noirs

Rolala quelle vie

Mais c’est pas nous on a choisi

Toujours debout c’est la devise

Ça mère on faisait trop de bêtises

14 janvier 92, j’arrive au monde dans l’19ᵉ

J’suis un gaucher comme Balboa

Sachons dire non comme Mr R

Élevé au tambour au kora

J’volais à Cora

Pour l’avenir on s’attend au pire

Comme ça on sait sur quel pied danser

Tout droit y’a pas d’ralentir

Personne peut m’empêcher d’penser

J’ai vu la lumière dans la pénombre

J’continue tout droit comme Patrice

J’ai une dent contre les colons

La révolution ça va finir

Les fantômes du passé me hantent

Le bien et le mal je suis entre

Le sheytan me parle gentiment

Dans tous les cas je sais qu’il ment mais je prendrais pas son chemin

Elle veut ressembler aux filtres, ne plus ressembler à sa darone rolala

Ça va trop vite, je sais même plus qui est la bonne, la génération s’perd

Post Instagram et des likes

Tout pour le look

J’m’arrache d’ici j’m’en balek

Et l’autre qui bombe avec sa loc

Ça part en yeuk

J’prends ma retraite comme Alex

Tout l’monde est dépressif

Faut voir les raisons, prends du recul, les temps changent comme les saisons

L’ancien avait raison, la patience c’est de l’or

La vraie vie, la maison faut couper les réseaux, des fois

Les murs ont des oreilles comme les bancs d’la cité

Trop souvent incité, trop souvent excité

Envie d’tout niquer sans réfléchir (aaaaaaah)

J’ai mal renoi, j’sais même pas pourquoi

La vie c’est chelou, mon cœur veut tout poukave

Dans ma tête y’a trop de boucan, le synopsis est différent mais je m’adapte

J’ai couru comme Toby pour marcher comme un roi

La vie est courte, le chemin est long

J’continue tout droit